Arette la Pierre Saint Martin

logo du site
  • Arette la Pierre Saint Martin
  • Arette la Pierre Saint Martin
  • Arette la Pierre Saint Martin
  • Arette la Pierre Saint Martin
  • Arette la Pierre Saint Martin
  • Arette la Pierre Saint Martin
  • Arette la Pierre Saint Martin
  • Arette la Pierre Saint Martin

Accueil du site > Pages Annexes > un citoyen britannique revient sur la trace de ses grands-parents (...)

un citoyen britannique revient sur la trace de ses grands-parents juifs

a lendroit ou se trouvait la maison habitee par hermann et henny hartog de gauche a droite peter hepburn emile valles ainslie hepburn et pierre casabonne

Plusieurs familles juives ont été accueillies à Arette durant l’occupation allemande. Les grands-parents de Peter Hepburn en ont fait partie.

Citoyens britanniques, Peter Hepburn et son épouse Ainslie ont passé une matinée à parcourir diverses rues d’Arette, accompagnés par le maire Pierre Casabonne. Il s’agissait en fait d’un pèlerinage à la mémoire d’Hermann et Henny Hartog, grands-parents juifs allemands de Peter. Brièvement internés en 1938, alors que dès 1936 l’une de leurs filles, la future maman de Peter, s’est réfugiée en Angleterre, ils rejoignent bientôt des amis à Bruxelles mais la débâcle les oblige à s’enfuir pour Paris en mai 1940. Comme toutes les femmes juives rassemblées au Vel d’Hiv, Henny est envoyée au Camp de Gurs tandis qu’Hermann intègre la compagnie des travailleurs étrangers d’Izeste.

Un bout de terrain pour jardiner

"A cette époque, plusieurs familles juives avaient trouvé refuge à Arette" rappelle Pierre Casabonne. "Elles étaient aidéespar Gaston Derrez, le secrétaire de mairie, ou son épouse Amélie, une active résistante, cousine germaine de François, mon grand-père, que l’on peut considérer comme un Juste."

Et, sous prétexte d’avoir besoin de bras, François Casabonne fait venir Hermann d’Izeste à Arette où il lui confie un bout de terrain pour du jardinage. Henny le retrouve bientôt et ils vont habiter à la rue du Virgou, qu’ont bien sûr découvert Ainslie et Peter.

Un ouvrage en préparation

Mais comme celle d’un très grand nombre de juifs, leur destinée va basculer durant l’été 1942 dans la tragédie. Arrêtés par la milice, ils sont parqués à Gurs, point de départ d’un voyage dont on ne revenait pas, celui qui, via Drancy, menait à Auschwitz...

Une destinée évoquée avec beaucoup d’émotion dans les rues du village, et ce d’autant plus qu’Ainslie, écrivaine qui s’exprime par ailleurs dans un excellent français, prépare un ouvrage sur les quatre grands-mères de son couple. "La maman de Peter n’aimait pas parler du passé. Après son décès, voici un an, nous avons cependant découvert quelques lettres qui apportent de précieux éclairages" précise-t-elle alors que la visite guidée les conduit à l’endroit où se trouvait la maison habitée par Hermann et Henny ou devant celle des Derrez dont ont hérité les parents de Pierre Casabonne.

Et à cette visite s’est joint Emile Valles, Vice-président de l’Amicale du Camp de Gurs. Un camp où pour la première fois, il a conduit des descendants de juifs.



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF