Arette la Pierre Saint Martin

logo du site
  • Arette la Pierre Saint Martin
  • Arette la Pierre Saint Martin
  • Arette la Pierre Saint Martin
  • Arette la Pierre Saint Martin
  • Arette la Pierre Saint Martin
  • Arette la Pierre Saint Martin
  • Arette la Pierre Saint Martin
  • Arette la Pierre Saint Martin

Accueil du site > Pages Annexes > Retour au bercail d’anciens parchemins

Retour au bercail d’anciens parchemins

Parchemins

Près de 50 ans après le séisme d’août 1967, divers manuscrits ont retrouvé leur place à la mairie d’Arette. Mais celui concernant la Junte de Roncal ne figure pas parmi eux... 

Profitant du pont de l’Ascension, un peloton de motards membres du club ariégeois de véhicules anciens "AZ Amicale" a ponctué sa découverte des Vallées d’Aspe et Barétous par une halte à la mairie d’Arette. Cette visite, dont la date restait à fixer, avait été convenue dès septembre 2016 par une correspondance entre Pierre Casabonne, Maire d’Arette et Christian Maillon, Maire adjoint de Saint-Amadou(09) et participant à la randonnée. Celui-ci indiquait alors détenir "quelques parchemins anciens que mon beau-père, adjudant de gendarmerie, avait récupérés dans la mairie écroulée lors du grand tremblement de terre qui avait frappé votre commune". Allusion bien sûr au séisme du 13 août 1967. Christian Meillon a retrouvé ces documents après le décès de son beau-père et les a fait examiner par une amie directrice des Archives Départementales de l’Aude "qui m’a confirmé leur intérêt patrimonial". D’où sa décision de les ramener à Arette dès que possible. Et presque 50 ans après l’avoir quittée, ces textes ont retrouvé la mairie vendredi dernier. Autant dire que Pierre Casabonne a examiné les divers rouleaux avec une attention teintée de fébrilité. On y retrouve un laissez-passer délivré en 1812 à un berger afin qu’il puisse aller en Espagne et, rédigés en béarnais vraisemblablement au XVIIe siècle, des actes de vente de terrains ou d’accords de pacage, notamment entre Arette et Issor. Membre de l’association Patrimoine, Pierre Biu va se charger de les faire décrypter. "Merci pour votre intention et votre passage". En exprimant sa reconnaissance à Christian Meillon et ses amis, Pierre Casabonne n’a pu cacher un pincement au cœur : il espérait en effet secrètement que parmi ces parchemins figurerait celui qui détaille la Junte de Roncal. Paraphé en 1375 par les édiles barétounais et roncalais au terme de sanglantes rivalités pour l’usage des pâturages frontaliers, il s’agit du plus ancien traité écrit d’Europe et sa signature est commémorée tous les 13 juillet au Col de la Pierre Saint-Martin. Personne ne sait depuis presque un demi-siècle ce qu’est devenu ce précieux document. Pierre Casabonne lance un nouvel appel à toutes les personnes qui pourraient l’aider à le retrouver.



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF